Après l’incendie de l’usine de Béjaïa/ Un comité de soutien à Cevital créé à Oran

0
1822

Les comités de soutien à Cevital éclosent un peu partout. Le dernier en date a été créé à Oran. Des travailleurs, hommes d’affaires, artistes et autres activistes se mobilisent pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une injustice subie par le groupe d’Issad Rebrab.

Dimanche, c’est dans la banlieue d’Oran qu’est né un comité de soutien au groupe Cevital. A l’image de celui de Béjaïa, créé il y a plusieurs mois, il réunit des travailleurs, des artistes, des militants politiques et des acteurs de la société civile. «Le comité d’Oran n’est qu’une étape pour d’autres groupes», a indiqué Mourad Bouzidi, porte-parole du comité citoyen de soutien au groupe Cevital.

Ces citoyens d’Oran vont d’ailleurs participer à la manifestation qui aura lieu dimanche 29 septembre prochain à Béjaïa. Ce qui indigne ces comités, c’est le fait que les autorités ont accordé une autorisation pour la construction de deux usines similaires à Jijel pour deux entrepreneurs proches du sérail, dont l’une appartient à Kounief l’un des bailleurs de fonds des campagnes électorales d’Abdelaziz Bouteflika.

Ce nouveau cri de colère des travailleurs de Cévital, aidés par des députés et d’autres travailleurs, intervient quelques heures après le déclenchement d’un incendie qui a ravagé une partie des installations du plus grand complexe industriel à capitaux privés du pays. Un incident dont beaucoup soupçonnent une origine criminelle.

Rania Aghiles