Réponse du berger à la bergère. Djamel Ould Abbès n’a pas vraiment mis les formes pour répondre à Ahmed Ouyahia, suite à sa déclaration innocentant Chakib Khelil.
Le Secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbes, n’a pas tardé  à réagir aux propos du Premier ministre et patron du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, affirmant que l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil, était victime d’injustice.

Pour M. Ould Abbès, les propos d’Ouyahia constituent une attaeinte la crédibilité de la justice algérienne. “On ne doit jamais douter de la justice, car si on doute de la justice de notre pays, il ne resterait plus rien”, a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse animée au siège du parti. Selon le SG de l’ex-parti unique, Ahmed Ouyahia doit “assumer la responsabilité de ses propos”.

Cette passe d’armes soulève de nombreuses interrogations. Cache-t-elle une tentative de positionnement d’Ould Abbès en perspective d’un changement de gouvernement dont bruit le microcosme politique algérois? Ou s’inscrit-elle dans le cadre des luttes sourdes qui marquent le sérail dans l’optique de la présidentielle de 2019, d’autant plus qu’il se murmure dans les allées du régime que, faute de candidat charismatique et consensuel, le clan Bouteflika serait prêt à ressusciter l’option Chakib Khelil?

L.R.