La Banque mondiale (BM) a dressé un tableau noir de l’avenir de l’économie algérienne. Elle critique sévèrement les orientations économiques du gouvernement Ouyahia, notamment son recours à la planche à billets.

Le recours à la planche à billets provoquera une véritable catastrophe, si l’on croit le rapport de la BM sur la situation économique dans la région MENA. Ce type de financement impactera très négativement la situation économique et sociale. Le taux d’inflation va connaitre une explosion et le PIB continuera de baisser passant de 3,8% en 2014 à 3,7% en 2015, puis 2,2% en 2016 pour atteindre 2% en 2017 et 1,5 en 2019.

Advertisement

La fameuse loi sur la monnaie et le crédit a pris la part du lion dans le rapport compte tenu des nouvelles orientations apportées par ce texte. Pour la BM, «cette nouvelle politique est susceptible de lever, à moyen terme, la pression et les problèmes sur les dépenses publiques, mais elle pourrait retarder l’application des réformes structurelles dont a besoin l’économie algérienne actuellement».

Il est également  prévue une forte diminution des réserves de change qui vont continuer leur fonte après être descendues sous la barre des 100 milliards de dollars. Une diminution qui va s’accompagner d’un bouillonnement et d’une grogne sociale causés par un recul du pouvoir d’achat. Le rapport évoque également une augmentation de l’imposition et une hausse du taux de chômage chez les jeunes.

Dans le rapport, il est aussi question des transferts sociaux.  Des réserves ont été formulées à ce sujet, notamment en ce qui concerne l’approche développée par le gouvernement pour rationaliser ses dépenses, en imposant un système de subvention ciblé. Pour la BM, une telle démarche ne peut être couronnée de succès sans la mise en place d’un meilleur système de protection sociale, un système plus précis des transferts financiers ainsi que l’accompagnement du nouveau mode de subventions à travers une importante campagne médiatique de sensibilisation.

M.M.