Profitant d’une conférence de presse destinée à présenter les listes de son parti aux élections locales, Djamel Ould-Abbès a, aujourd’hui et par une pirouette qui suinte l’opportunisme, remis en selle le discours sur le cinquième mandat. 

Alors qu’un militant de son parti est intervenu pour «lire une motion de soutien» pour un cinquième mandat présidentiel, Djamel Ould-Abbès a timidement tenté de calmer le jeu. Il a rappelé que les «militants du FLN sont interdits de parler du 5e mandat». «Il est trop tôt pour parler du 5mandat. Maintenant, nous allons nous concentrer sur les élections locales », a ajouté le sulfureux secrétaire général.

Toutefois, tout le monde dans la salle du Centre international de presse, où se tenait la conférence, a compris que l’appel lancé par le «militant» du FLN a été en réalité orchestré.

Il reste juste à savoir si cela était destiné aux militants du FLN ou plutôt aux «adversaires» du chef de l’Etat à l’intérieur du système pour étouffer d’éventuelles ambitions !

Rania Aghiles