L’avant-projet de la Loi de finances 2018, discuté ce mercredi en Conseil des ministres, contient de nouvelles taxes qui risquent de grever considérablement le pouvoir d’achat, déjà bien érodé, de larges couches de la population.

Ainsi, les carburants, dont les prix ont déjà augmenté en 2017, vont encore flamber dès janvier 2018. Selon les premières indications, le prix de l’essence sans plomb se situera à 41 DA le litre. L’essence super coûtera 39 DA, et le gasoil 27 DA.

Des hausses de taxe vont en outre concerner les tabacs et les alcools, ainsi que les produits liés à l’Internet et à l’Informatique. Seront également taxés les produits électroménagers «énergivores».

Par ailleurs le gouvernement va instaurer un impôt sur la fortune. Les citioyens riches seront taxés à partir de 50 millions de dinars (5 milliards de centimes). Mais les autorités trouveront du mal à définir les riches parce qu’une bonne partie d’entre eux opèrent dans l’informel.

Rania Aghiles

Loi de finances/ Ce qui devrait augmenter en 2018
Notez cet article