Absent du débat politique depuis quelque temps, le FFS revient avec un discours très critique à l’égard du pouvoir.

Le FFS estime, à l’occasion de la tenue d’une réunion de son Conseil national, que «le programme du président de la République  a mené le pays «à la crise multidimensionnelle» qu’il vit actuellement. Il critique également les changements répétitifs à la tête de l’exécutif gouvernemental.

Le Conseil national du FFS a relevé «une accélération de la déliquescence du système de gouvernance politique marquée par le changement de Premiers ministres, trois depuis janvier de cette année». Le document note qu’une «référence constante à un programme du Président qui a conduit à la crise multidimensionnelle actuelle» au seul aspect économique alors qu’elle est «essentiellement politique».

La crise risque, selon le FFS, de mener le pays vers des troubles sociaux. Une situation qui pourra pousser les autorités à utiliser la violence. «Le Conseil National met en garde les autorités contre toute tentation de gérer par la répression les mécontentements populaires suscités par cette situation intenable avec les pertes de pouvoirs d’achat et s’élève par avance contre toutes atteinte aux droits de l’homme et aux libertés individuelles et collectives, notamment celle de manifester pacifiquement», note le communiqué du FFS.

Jusque-là, le FFS se contentait de critiques généralistes et d’un appel pour «un consensus national» dont les contours n’ont jamais été précisés.

Rania Aghiles