Djamel Ould-Abbès continue d’être prolixe au sujet de la présidentielle de 2019. Après avoir assuré que le prochain président sera du FLN, voila qu’il affirme connaître son identité. 

A l’occasion du lancement de la campagne électorale de son parti pour les élections locales du 23 novembre prochain, effectuée, hier, à partir du Centre international des conférences du Club des Pins, Djamel Ould-Abbès, secrétaire général du FLN, a fait une déclaration pour le moins étrange: «Le prochain Président de l’Algérie, Dieu le connait, nous aussi, nous le connaissons». Il s’est toutefois gardé de révéler une quelconque identité.

Cette déclaration est étonnante à plus d’un titre. Elle laisse supposer que la question de la succession d’Abdelaziz Bouteflika est d’ores et déjà scellée et que les élections présidentielles de 2019 ne seront que de pure forme.

De plus, dans le contexte de tensions sociales que traverse actuellement le pays, elle est susceptible de jeter d’avantage d’huile sur le feu. Elle peut en effet être perçu comme l’expression de la détermination du régime à se maintenir que coûte que coûte, y compris en violant une nouvelle fois la volonté populaire.

Nous savions qu’Ould-Abbès n’était pas l’homme politique le plus clairvoyant; mais à ce niveau d’indigence politique et intellectuelle, il y a lieu de s’interroger sur l’avenir du pays qui impose d’avoir aux commandes des hommes et des femmes d’un autre calibre que ce cheptel sans discernement.

R.I.