L’information sur l’apparition du moustique tigre en Algérie a très vite été liée aux cas de paludisme enregistrés, ces derniers temps, dans le pays. La mort d’une personne et l’atteinte de plusieurs autres, la semaine dernière, des suites de cette maladie ont installé un climat de peur nourri par une certaine incompréhension. Le Docteur Saïd Boubidi affirme qu’il n’en est rien et que le moustique tigre n’est pas un vecteur du paludisme.   

Une certaine confusion s’est installée dernièrement après l’annonce des autorités sanitaires de l’apparition du moustique tigre en Algérie. Très vite, on a conclu qu’il y avait un lien avec les cas de paludisme de Batna et Tiaret, mais aussi d’autres régions du pays.

Advertisement

Pour dissiper le malaise, M. Saïd Boubidi, docteur en sciences biologiques et spécialiste des insectes (arthropodes) à l’Institut Pasteur d’Algérie, a, dans une déclaration à Algérie Focus, infirmé l’existence d’une quelconque relation entre le moustique en question et les cas de paludisme enregistrés, indiquant que l’enquête est toujours en cours. «Les seules personnes habilités à communiquer à ce sujet se trouvent au niveau du service de la prévention du ministère de la santé ou bien le service de référence de la lutte contre le paludisme de l’Institut National de Santé Publique», a-t-il encore expliqué.

Le biologiste a, en outre, appelé à la prudence, soulignant que la propagation d’informations erronées peut avoir des conséquences dramatiques pouvant prendre la forme d’une panique généralisée. Il a insisté sur le fait que le Paludisme est transmis par une autre espèce d’insecte du genre «anophèle».

Dans de précédentes interventions, le Dr Boubidi  a expliqué que le moustique tigre est totalement étranger à notre pays. Selon lui, il s’est introduit, dans un premier temps  à Oran, à partir de l’Europe, avant de se propager sur le territoire national. Cet insecte est connu pour son caractère invasif. Originaire de l’Asie du Sud-Est, il est présent aujourd’hui dans plus de 100 pays sur les cinq continents.

«Le moustique Tigre attaque de jour», a-t-il expliqué, ajoutant que «les Algériens ne sont pas prémunis contre ses piqûres. Cela peut susciter des craintes chez certains citoyens». Selon lui, l’insecte prospère dans les zones humides et vertes. Pour éviter les contaminations, le biologiste préconise d’éviter les endroits où peuvent prospérer ces moustiques durant la période des grandes chaleurs.

Notons également que cette espèce peut transmettre des maladies virales à l’instar de la dengue, du chikungunya et du virus Zika.

M.M.