Le prix du logement AADL va connaître une augmentation de 600 000 DA. Le ministre de l’Habitat, Abdelwahid Temmar, préfère parler de réévaluation des aides directes et indirectes de l’État qui vont pousser le souscripteur à mettre la main à la poche. Explications.

Interrogé sur une augmentation du prix du logement AADL lors de son passage sur le plateau de l’émission de chaîne III, L’Invité de la Rédaction, ce dimanche, M. Temmar a soutenu que ce n’était pas le prix du logement qui va être revu à la hausse, mais c’est plutôt l’aide de l’État qui va être revu à la baisse.  (voir la vidéo ci-dessous)

Advertisement

«Ce n’est pas le prix du logement qui va changer, mais c’est l’aide de l’État qui va un peu baisser», a-t-il indiqué, rappelant que pour la formule location-vente, «L’État soutient le souscripteur par une aide frontale de 700 000 DA, et cette aide restera», a-t-il assuré.

Cependant, il a révélé que la deuxième forme d’aide de 10 000 DA le mettre carré va être revue à la baisse pour être fixée à 5 000 DA. «Cette aide est énorme, si on prend un logement F3, c’est l’équivalent de 700 000 DA», a-t-il encore indiqué

La troisième forme d’aide qui va connaître une diminution concerne la «viabilisation du logement» (ensemble des raccordements d’un terrain aux différents réseaux d’eau, d’électricité, de gaz, de téléphone et d’assainissement). Selon le ministre, l’État soutenait ces travaux  à hauteur de 589 000 DA par logement, une aide qui va être réduite pour atteindre les 424 000 DA.

C’est donc ce recul d’aides ayant trait notamment au soutien à l’acquisition par mètre carré et les aides allouées à la viabilisation du logement qui ont engendré la hausse de 600 000 DA que le souscripteur doit payer. Une augmentation bien minime, si l’on croit M. Temmar, qui a expliqué que le souscripteur supportera ces frais sur une durée de 25 ans. Soit 1700 DA par mois.

M.M.