Les postulants aux logements AADL-2 s’organisent. Ils ont mis sur pied une coordination nationale fédérant plus de 150 000 intéressés. Cette démarche est née de leur crainte de subir le sort des souscripteurs à la formule AADL-1.   

Craignant de subir le même sort que les souscripteurs de la formule AADL-1, attendant désespérément leurs logements depuis 2001, les postulants à la formule AADL-2, initiée en 2013, ont créé une coordination national des différents collectifs activant sur le terrain. fortement présent sur les réseaux sociaux. Leur objectif est de se constituer en groupe de pression suffisamment puissant pour contraindre les autorités à agir afin d’achever les projets dans des délais raisonnables, rapporte le quotidien El Khabar ce mardi.

Ce qui inquiète le plus ces souscripteurs, c’est le silence assourdissant du ministère de l’Habitat qui a cessé de communiquer sur le sujet depuis plus de six mois. Selon eux, cette attitude n’est pas fortuite, d’autant plus que le ministre de l’Habitat, Abdelwahid Temmar, évite le sujet à chaque fois qu’on l’évoque avec lui. «Je ne suis pas le ministre de l’AADL », a-t-il même rétorqué lors de l’une de ses cinq sorties sur le terrain effectuées dernièrement.

Le fondateur de ce collectif, Mohamed Arezki, a fait indique que les 500 000 souscripteurs de la formule, considèrent que l’attitude du ministère est suspecte d’autant plus que ce dernier a suspendu, depuis déjà plusieurs mois, l’opération de choix des sites. Ces souscripteurs, se disant livrés à eux-même, redoutent que le ministère ait volontairement délaissé ce projet pour se tourner vers de nouvelles formules.

M.M.