Les parlementaires des deux chambres réclament une révision à la hausse de leur prime d’hébergement. Selon eux, les 4500 milliards de centimes consacrés à cette charge chaque année, «ne suffisent plus pour garantir un hébergement digne des représentants du peuple».  

Les députés de la commission des finances et du budget de l’APN menacent de boycotter les débats autour du projet de loi de finances 2018 auxquels assistent les ministres. Ces députés exigent une révision à la hausse de leur prime d’hébergement qui, à leur sens, n’est plus suffisante pour régler la note de leurs luxueux hôtels cinq étoiles. «La prime actuelle ne garantit pas un hébergement digne des représentants du peuple», se sont-ils plaints à Echourouk News.

Il convient de souligner que les 462 députés de la chambre basse et les 144 sénateurs du conseil de la nation touchent 4500 milliards de centimes chaque année en guise de prime d’hébergement, soit 75 millions de centimes par tête. Une somme colossale versée à des députés qui continuent de briller par leur absentéisme. De plus, cette prime est garantie pour tous les députés. Même ceux résidant à Alger.

Sans surprise, l’administration de l’APN a abdiqué en répondant positivement aux réclamations des députés mécontents. Pour les calmer, elle a loué, à ses frais, des chambres dans un hôtel de l’Est de la capitale. Un extra qui vient s’ajouter à leur primes déjà mirobolantes. Et ce, en temps de crise !

M. M.

Notez cet article