Le sujet est dans l’air depuis déjà plusieurs années. Le gisement géant de Hassi R’Mel, qui produit les 2/3 du gaz algérien, aurait subi des dégâts à la suite de l’intensification de la production au cours des années écoulées et  nécessite des investissements de réhabilitation.

Le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, ne rate plus aucune occasion de réitérer l’engagement de la compagnie nationale à honorer ses engagements envers ses clients quant à la disponibilité et la livraison des volumes de gaz commandés.

Hier, lors d’une visite effectuée sur le champ gazier de Hassi R’mel, M. Ould Kaddour a annoncé le lancement, sur ce site, de projets d’investissement d’une valeur de 2 milliards de dollars.

Selon l’agence Reuters, qui rapporte l’information, le PDG de Sonatrach a expliqué que ces investissements ont pour objectif de «maintenir la production de 190 millions de mètres cubes pour les 10 prochaines années» sur ce site qui produit entre 190 et 210 millions de mètres cube par jour, soit 60% de la production gazière en Algérie.

Le projet, confié à l’entreprise japonaise JGC, revêt ainsi une importance capitale. «Il s’agit d’un projet stratégique pour nous. Nous devons nous assurer qu’il sera mis en exploitation en 2020. Les retards sont inacceptables», a affirmé M. Ould Kaddour.

L.R.

Notez cet article