Des célébrités du milieu artistique et des journalistes correspondants élus présidents dans plusieurs APC du pays. C’est le nouveau phénomène qui a marqué les élections du 23 novembre dernier. Plusieurs observateurs le qualifient de « chois tactique » de la part de quelques partis politiques, mais un choix aux conséquences incertaines.

Les élections locales du 23 novembre ont consacré un nouveau phénomène. Celui des célébrités du monde artistique qui ont été élues à la tête des Assemblées populaires communales dans plusieurs régions du pays. Ces derniers ne sont pas réputés pour être des militants dans des partis politiques. Leur expérience dans le domaine de la gestion n’est pas avérée, mais des formations politiques, notamment celles proches du pouvoir ont choisi de les porter en tête de plusieurs de leurs listes à travers le pays.

Il n’ y a pas que les comédiens, à l’instar de Hakim Dekkar, qui ont été élus à la tête d’APC, il y a aussi des chanteurs, des sportifs, mais également, des journalistes correspondants à l’instar d’Amri Bachir élu dans la commune de Médéa. Les partis politiques ont, ainsi, misé sur la popularité de ces personnages relativement connus sur la scène publique afin de rafler le maximum de communes possible.

Pour des observateurs, il s’agit ici d’un choix tactique aux conséquences incertaines. Selon eux, l’élection de ces individus s’est faite au détriment de militants chevronnés et qualifiés.  À leur sens, rien ne garantit que ces célébrités élues continueront d’entretenir leurs liens de proximité avec la population une fois installées dans leurs bureaux.

M.M.

Notez cet article