Le RCD semble prendre une nouvelle trajectoire depuis quelque temps. Et les propos, tenus hier par son président, Mohcine Belabbas, l’illustrent bien. Intervenant dans une émission télévisée, ce dernier a déclaré que son parti n’était pas opposé à la candidature de l’actuel président à sa propre succession en 2019. 

Le patron du RCD a définitivement mis son parti sur une nouvelle trajectoire. Intervenant sur le plateau de l’émission Bila Kouyoud ,diffusée par la chaîne de télévision privée El Bilad, hier dimanche, ce dernier a soutenu que son parti ne partage pas l’avis de ceux qui s’opposent à une candidature de l’actuel président pour un cinquième mandat. À ce sujet il a rappelé que «le président Bouteflika est un citoyen comme les autres et à ce titre, il a le droit de se présenter aux élections présidentielles de 2019».

M. Belabbas, a toutefois nuancé ses propos en expliquant que ce n’est pas la candidature d’Abdelaziz Bouteflika qui pose problème, mais plutôt l’absence de transparence et de crédibilité du scrutin.

Il faut dire qu’il s’agit là d’un véritable revirement d’autant plus que le RCD était parmi les premiers partis à s’opposer au quatrième mandat de Bouteflika. En avril 2013, M. Belabbas, avait déjà déclaré qu’un quatrième mandat de Bouteflika serait une véritable catastrophe pour le pays.  «Le RCD n’a pas de problème personnel avec Bouteflika», a-t-il alors expliqué tout en soutenant que le problème c’est l’institution présidentielle. À cette époque-là, il avait souligné le fait que les responsabilités liées à cette charge ne pouvaient plus être assumées par le président Bouteflika à cause de sa maladie. «Un quatrième mandat de Bouteflika serait catastrophique pour le pays», avait-il dit.

M.M.