Alors que l’on pensait le divorce définitivement consommé entre l’ambassade de France à Alger et son sous-traitant en matière de traitement des demandes de visa, TLS Contact, éclaboussé par des affaires de trafic du fameux sésame pour l’espace Schengen, des informations font état d’une très probable reconduction du contrat liant les deux parties.

Ainsi, selon Maghreb Confidentiel, “plusieurs éléments de la ‘consultation’ de l’ambassade de France favorisent sa reconduction”, le groupe français TLSContact étant le “seul sur le marché algérien à avoir la capacité de traiter plus de 600 000 dossiers par an”. Toujours selon la même source, ses concurrents, “VSF Global et BLS, n’atteignent même pas la moitié de ce chiffre”.

“Le prestataire retenu n’aura que quinze jours à compter de la notification du contrat pour ouvrir et gérer la plateforme Internet de prise de rendez-vous. Il devra aussi avoir recruté près d’un demi-millier d’agents au casier judiciaire vierge et ouvert, d’ici au 1er avril 2018, trois sites d’accueil à Alger, Oran et Annaba, sécurisés selon les demandes de l’ambassade: gardiennage, filtrage à l’entrée, barrières physiques, vidéosurveillance, etc”, affirme, en outre, la même source, qui indique que cet “investissement de plusieurs millions d’euros” a été déjà réalisé par TLSContact.

L.R.