Le candidat du FFS s'est déjà distingué avec l'affichage du portrait du chef de l'Etat au-dessus du siège du FFS

Certains militants politiques n’ont plus aucun scrupule à retourner leurs vestes à la moindre occasion. Aussitôt installé dans ses fonctions, jeudi passé, le nouveau maire de Koléa, Youcef Kouider, élu lors des dernières élections locales sur la liste du FFS, a immédiatement rejoint le FLN.

Celui-ci en a fait l’annonce lors de la cérémonie d’installation, et devant le wali de Tipaza, au grand désarroi des militants locaux du plus ancien parti de l’opposition.

Pire encore, c’est tous les onze élus du FFS qui ont rejoint le parti du pouvoir. Tentant d’expliquer sa décision, ce nouveau maire a affirmé qu’il a toujours été un militant du FLN. Et c’est parce que ce dernier lui a fermé la porte qu’il s’est présenté aux élections locales au nom du FFS. Aujourd’hui qu’il est élu, il retourne à son parti d’origine.

Une attitude qui tend à se multiplier à l’occasion de chaque rendez-vous électoral en Algérie notamment au niveau local où les «sensibilités» politiques se diluent de plus en plus. Etant très «sollicité» et devant l’impossibilité de «satisfaire» tous le monde, le FLN enregistre, à la veille de chaque élection, plusieurs désaffections de militants qui vont s’«investir» dans d’autres formations avant de revenir après l’annonce des résultats.

Il faut rappeler que la liste du FFS avait décroché à Koléa 11 sièges sur un ensemble de 23, alors que le FLN en avait obtenu 7. C’est la seule commune de la wilaya de Tipaza où le Front des forces socialistes est arrivé en tête.

Elyas Nour

Notez cet article