Le Conseil de l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira a décidé de fermer les portes de l’établissement et d’interdire toute activité à partir d’aujourd’hui mercredi 13 décembre. La décision a été prise suite aux incidents survenus hier mardi, lors d’un rassemblement contre le rejet d’une proposition d’amendement au profit de la langue amazighe formulé par la commission juridique de l’APN.

Après concertation, le Conseil de l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira, présidé par son recteur Moussa Zireg, a décidé de fermer les portes de l’université jusqu’à nouvel ordre.

Dans le communiqué sanctionnant cette réunion qui s’est tenue en urgence suite aux graves incidents ayant marqué la journée de mardi, le Conseil de l’université a ordonné « la suspension de toutes les activités pédagogiques, scientifiques ainsi que toutes les manifestations à partir de mercredi 13 décembre. »

Le document a par ailleurs, indiqué que le » règlement va être appliqué sur toutes les personnes ayant porté atteinte à l’ordre dans l’enceinte de l’université ».

Il y a lieu de souligner que la marche à laquelle ont appelé des étudiants cette université qui se sont mobilisés contre le rejet d’une proposition d’amendement au profit de la langue amazighe par la commission juridique de l’APN, a tourné à l’émeute hier mardi. La police antiémeute a été déployée en masse. Pour disperser les étudiants, les unités présentes sur place ont fait usage de la trique à outrance.

Des affrontements entre les manifestants et les policiers ont duré plusieurs heures. Empêchés de marcher de l’université jusqu’au siège de la wilaya, les étudiants ont été bousculés et carrément matraqués.

Notez cet article