Pour éviter l’arrêt des cantines scolaires dans les établissements rencontrant des difficultés financières, le ministère de l’intérieur a transmis une directive aux directeurs d’écoles les instruisant de faire participer les parents d’élèves dans le financement ou l’approvisionnement de ces cantines.

L’initiative du ministère ne fait pas l’unanimité. Une partie des parents concernés disent que cette responsabilité ne leur revient pas. À leur sens, « le budget du ministère de l’Éducation nationale devrait prévoir de telles dépenses ». Certains mettent en avant que la crise actuelle a déjà érodé leur pouvoir d’achat affirmant qu’ils ne pourront d’aucune manière offrir une aide.

D’un autre côté, le corps enseignant défend cette mesure dépeinte comme salvatrice. « Cela pourra améliorer grandement la qualité des replats et notamment dans les zones enclavées. La nutrition a un impact direct sur le rendement des élèves et je pense que les parents veulent ce qui a de mieux pour leurs enfants », a indiqué une institutrice, ajoutant que « le repas servit à l’école permet à l’élève une économie d’efforts notamment pour ceux habitant loin des établissements scolaires ».

M.M.