La sentence concernant l’agression de Rachid Nekkaz par le gendre de l’ex-SG du FLN Amar Saâdani est tombée. L’activiste dénonce une justice française complaisante et accuse la France de couvrir les « 40 voleurs ».      

La justice française s’est prononcée dans l’affaire opposant Rachid Nekkaz au gendre d’Amar Saâdani. Le jugement émis retient une amende de 127 euros assortie d’une peine d’emprisonnement avec sursis d’un mois.

Mécontent du verdict, M. Nekkaz dénonce la décision et lance de graves accusations contre les autorités françaises. Sur sa page Facebook, il qualifie l’agression dont il a fait l’objet de «tentative de meurtre», tout en reprochant aux autorités françaises de couvrir les arrières des responsables politiques algériens. « La France soutient officiellement la mafia des 40 voleurs à ALGER.», a-t-il écrit.

Le 06 octobre dernier, M. Nekkaz a été sauvagement agressé par un membre de la famille d’Amar Saâdani à Paris. Dans une vidéo retransmise en direct depuis le lieu de résidence de l’ex-patron du FLN, la victime a pointé du doigt son agresseur en le désignant comme le fils de Saâdani. Il s’est avéré ensuite que l’agresseur était le gendre de ce dernier.