La liste des produits interdits à l’importation depuis le 1er janvier dernier pourrait être modifiée dans trois mois.

C’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui, le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, devant des journalistes, à l’issue d’une audition qui a eu lieu devant les membres de la Commission des finances de l’Assemblée populaire nationale (APN).

D’après lui, le nombre de produits de cette liste pourrait augmenter comme il pourrait baisser. La liste, publiée dans le journal officiel numéro Un de l’année en cours, comprend 851 produits d’une quarantaine de catégories.

On y trouve, entre autre, les viandes congelées, les fruits (sauf les bananes), les légumes frais (sauf l’ail), les chocolats et bonbons, les pâtes alimentaires pour ne citer que ceux là.

Le décret exécutif n°  18-02 du 7 janvier 2018 portant désignation des marchandises soumises au régime de restrictions à l’importation, évoque, dans son article 2, une suspension «temporaire» jusqu’au «rétablissement de l’équilibre de la balance de paiements».

Des intervenants dans certaines branches de la production locale ont commencé à critiquer cette liste qui inclut, d’après eux, des intrants nécessaires à certaines industries. En tous cas, l’objectif du gouvernement est de faire en sorte que les produits fabriqués localement ne puissent plus être importés désormais.

A noter, en dernier lieu, que la loi de Finance 2018 a élargi la liste des marchandises soumises à la Taxe intérieure de consommation (TIC) au taux de 30%. D’autres produits ont carrément été taxés à 60%.

Elyas Nour

Commerce/La liste des produits interdits à l’importation revue dans trois mois
5 (100%) 1 vote[s]