La Fédération algérienne de football (FAF) a mis un terme, aujourd’hui, à la convention signée avec la Ligue de football professionnel (LFP), en 2011, au lendemain du lancement du professionnalisme et de l’institution de cette dernière, relative à la gestion du football professionnel.

C’est ce qui a été décidé ce matin, à Sétif, lors de la réunion ordinaire du Bureau fédéral de l’instance fédérale.

Le retrait de la délégation signifie que la structure que préside Mahfoud Kerbadj est devenue caduque. «Mise en application, avec effet immédiat, des dispositions de la convention relative aux relations entre la FAF et la LFP en procédant au retrait de la délégation de gestion des championnats de football professionnel au Conseil d’administration de la LFP», a indiqué la Faf sur son compte «twitter», avant d’ajouter qu’ «en attendant la tenue d’une assemblée générale élective de la LFP, le BF va charger un directoire de gérer les affaires courantes».

Le conflit entre les deux hommes, Zetchi et Kerbadj, dure depuis plusieurs mois. Les choses se sont compliquées d’avantage ces derniers jours avec l’affaire des clubs endettés. Si la FAF avait pris la décision de sanctionner tous club dont les dettes ne baisseraient pas sous la barre du milliard de centimes, à la date du 15 janvier, la LFP a adoptée une attitude plus conciliante en accordant un sursis (jusqu’à la fin du mois).

Reste à savoir maintenant si la Faf a la latitude de provoquer une AG élective de la LFP. Kerbadj est élu par les membres de l’AG de l’instance qu’il dirige. Eux seuls peuvent le débarquer. Si ces derniers réagissent, le conflit pourrait perdurer encore pour quelques temps.

Elyas Nour

Notez cet article