Le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Mahfoud Kerbadj, n’a pas digéré apparemment la manière avec laquelle la Fédération algérienne de football (FAF) a mis fin à ses fonctions. Selon une information reprise par la chaine de télévision «Ennahar», celui-ci a saisi officiellement aujourd’hui le Tribunal arbitral des sports (TAS) de Lausanne (Suisse) pour invalider la discision de l’instance fédérale prise à son encontre.

Le Bureau fédéral de la Faf avait décidé le 21 janvier dernier de «retirer la délégation de gestion des championnats professionnels au conseil d'administration de la LFP», ce qui a provoqué, la «suspension» de ce dernier.

Advertisement

Un directoire présidé par Amar Bahloul, a été installé pour gérer les affaires courantes. Le lendemain, celui-ci a pris possession du siège de la Ligue. Si le retrait de la délégation est prévu dans la convention signée entre les deux instances en 2011, Kerbadj juge que les motifs avancés par le bureau fédéral ne justifiaient pas cette réaction. En tous cas, l’ancien président du CR Belouizdad ne compte pas, à priori, se laisser faire. Parallèlement à ça, le directoire de la FAF a annoncé que les élections de la Ligue auront lieu au mois d’avril prochain.

Quelques personnalités ont déjà exprimés le vœu de s’engager dans la course, à l’image de Said Allik, président du CSA (club amateur) USM Alger ou de Mourad Lahlou, ancien président du NA Hussein Dey. Certaines informations évoquent également la volonté d’Ali Malek, actuel président de la Ligue amateur, de briguer un mandat à la LFP. Mais tous dépendra, entre temps, de l’évolution du «bras de fer» opposant Kerbadj à Zetchi.

Elyas Nour