Selon le patron du FLN Djamel Ould Abbès, le bouillonnement du front social et les grèves qui se multiplient dans quasiment tous les secteurs sont l’œuvre de parties intérieures. L’objectif de la manœuvre : déstabiliser le régime dans la perspective des élections présidentielles qui approchent.

Le patron de l’ex-parti unique s’est livré à une analyse, somme toute incongrue, pour expliquer le pourquoi du comment de ces mouvements de protestation qui apparaissent chaque jour. Selon lui, c’est l’œuvre d’une main intérieure qui aurait pour objectif de déstabiliser le régime afin de pouvoir le concurrencer lors des élections présidentielles qui se pointent à l’horizon. « Le bouillonnement de la scène sociale est lié a des calcules de certaines parties intérieures qui se préparent aux présidentielles », a-t-il soutenu.

Advertisement

Dans son raisonnement, le SG du FLN élude totalement les réalités du terrain. À son sens, tous les syndicats qui militent actuellement pour leurs droits ont été, tout simplement manipulés par "une main intérieure nourrissant des ambitions présidentielles". En plus d’être réducteurs, les propos du premier responsable du premier parti du pouvoir ont vocation à desservir sa cause.

Ce que Ould Abbès ne révèle pas c’est l’identité de cette main ou de ces parties. Comme l’ont fait tant de responsables avant lui, le SG du FLN accuse des parties invisibles « de vouloir noircir la situation pour affaiblir le régime ». Ould Abbès connaitrait les intentions des détracteurs du régime, leur objectif, leur modus operandi, mais ne peut les designers nommément ! Pourquoi ne peut-il pas le faire ?