Le ministère de la Santé a apporté, hier soir, des «éclaircissements» au sujet traitements destinés aux cancéreux dont certains sont indisponibles ces dernières semaines, de l’avis de beaucoup de malades.

Le ministère s’est exprimé sur dix médicaments. En premier lieu, les autorités sanitaires du pays rappellent que l’acide Ibandronique injectable (6 mg/6ml), pour le traitement de l’hypercalcémie induite par des tumeurs, «a été remplacé par l’acide zoledronique produit par la société algérienne Frater Razes et qui est actuellement disponible».

Les appels d’offre concernant l’acide Ibandronique, produit par Roche, sont systématiquement infructueux. Le ministère ne dit pas pourquoi. Pour le Crisantaspase (injectable 10 000 UI), pour le traitement des leucémies, notamment chez les enfants, la tutelle indique que ce produit subit une certaine tension à l’échelle mondiale et que par conséquent le fabricant a procédé à son rationnement.

Le ministère assure, toutefois, qu’une prochaine cargaison sera livrée à l’Algérie dès ce mois de janvier. Pour le Cytarabine ( Inj 100 mg), traitement des leucémies et des lymphomes, il y a eu changement de fournisseur.

Les quantités importées sont au niveau du port. Le Melphalan lui, pour le traitement du Myélome multiple et du carcinome du sein, «est en rupture, en raison de changement de titulaire, lequel a demandé une augmentation faramineuse de prix ayant entrainé un scandale à l’international».

Pour ce qui est du Vincristine, utilisé par un nombre important de cancéreux, il est en rupture de stock «car les laboratoires le produisant ayant fait état d’un problème d’ordre technique sur la ligne de production». Sa livraison est «décalée à Février prochain», ajoute-t-on de même source. Mais ce médicament pourrait éventuellement être remplacé par le Vinblastine (Inj 10 mg) indique le ministère. Ce dernier est disponible. Par ailleurs, le Lapatinib (250 mg comprimés), pour les cancers du sein, et le Pazopanib (400 mg comp), un traitement des sarcomes, ils sont indisponibles en raison de «contraintes administratives exogènes». Le ministère de la Santé indique qu’ils seront «libérés» prochainement par Laboratoire national de Contrôle des Produits pharmaceutiques (LNCPP). A noter que pour ce dernier médicament le problème de son indisponibilité perdure depuis quelques années. Seuls le Dacarbazine (Injc 100 MG), traitement de divers cancers, dont le mélanome malin, le lymphome hodgkinien, le sarcome touchant les cellules des îlots et le cancer du pancréas, et le Mesna (Inj), adjuvant utilisé en chimiothérapie, sont disponibles d’après ce communiqué. En somme, le ministère reconnait l’indisponibilité de plusieurs médicaments. Mais promet qu’ils seront distribués aux hôpitaux dans un avenir proche.

Elyas Nour

Notez cet article