L’affaire Tariq Ramadan connaît un nouveau rebondissement.

Selon l’hebdomadaire français Journal du dimanche, le théologien accusé de viols aurait menacé plusieurs femmes qui songeaient à témoigner contre lui, et ce dès 2010.

Le journal français évoque d’abord l’histoire d’une femme suisse entendue dans le cadre de l’enquête visant le théologien. Cette dernière affirme avoir envoyé une lettre recommandée à l’épouse de Tariq Ramadan, en septembre 2009, pour lui expliquer que son mari a plusieurs maîtresses et qu’elle était l’une d’entre elles.

« Je sais qu’il y a beaucoup de femmes dans le même cas. […] tout ceci doit cesser. Il a fait trop de mal autour de lui », a-t-elle signalé. Un an plus tard, l’auteure de la lettre dit avoir reçu des mails et des sms de menace : « Tu parles encore une fois de moi, tu continues à médire […] et c’est la foudre juridique qui s’abat sur toi ». Des phrases au ton explicitement menaçant envoyé, selon elle, par le théologien.

Le JDD invoque d’autres menaces, rapportées par une autre femme qui dans son témoignage, a requis l’anonymat. La personne en question soutient qu’elle avait eu une longue liaison avec Ramadan, mais l’attitude de ce dernier a changé à partir de janvier 2017. L’islamologue l’aurait elle aussi menacé en usant d’un langage plus explicite.

Pour enfoncer le clou, une avocate américaine a affirmé vendredi sur Facebook avoir signalé « une victime musulmane de Tariq Ramadan » auprès du procureur fédéral des États-Unis. Aucune précision à ce sujet n’a été fournie.