Les Algériens désireux de voyager à l’étranger doivent se satisfaire d’une allocation touristique de 100 euros. Une allocation de "misère" qui a chuté de 20 euros en deux ans.

L’allocation touristique continue de glisser. Elle est fixée se stabilise actuellement à 100 euros, mais rien ne garantit qu’elle se maintienne à ce niveau. Entre 2016 et 2018, cette allocation a fondu de 20 euros pour se stabiliser autour de 115 euros l’été dernier puis 100 euros début janvier.

Cette inexorable baisse est justifiée par la chute de la valeur du Dinar face à l’Euro sur le marché de change en plus des autres facteurs liés à la crise. Mais cela n’enlève rien au fait que l’allocation touristique accordée aux Algériens est la moins importante dans la région. En comparaison, l’allocation touristique octroyée aux Marocains et Tunisiens se chiffre respectivement à 3500 et 3000 euros.

Advertisement

Le gouvernement continue d’opposer un niet catégorique à sa réévaluation.
Le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, l’a d’ailleurs bien expliqué il y a quelques jours. À son sens, il est impossible de la revoir à la hausse. Pour raisons : la baisse de la valeur du dinar face à l’Euro et l’érosion des réserves de change de l’Algérie.

Les 100 euros octroyés représentent donc une maigre allocation. Les Algériens désireux de voyager sont obligés de se tourner vers le marché noir pour acheter des devises à des prix mirobolants. Le taux fixé actuellement est de 208 DA pour un euro.