La presse française a rapporté hier mardi l’incroyable histoire de Nabil A, un franco-algérien auteur d’un braquage spectaculaire le 13 mars 2017 à Genève en Suisse. Un an plus tard, il est arrêté par la police algérienne à Maghnia à cause de publication sur Facebook appelant à l’érection d’un Etat islamique.

Avec deux de ses acolytes, ils se sont rendus au domicile d’un diamantaire de la banlieue genevoise. Munis d’une arme à feu, ils obligent ce monsieur d’un certain âge à leur ouvrir sa boutique située dans le centre-ville de la capitale suisse. Arrivés sur place ils s’emparent d’un magot de 15 millions d’euros en diamants. La victime est bâillonnée, ligotée et mise dans le coffre de sa voiture.

L’homme réussit à se libérer et alerte aussitôt la police. Une vaste enquête commence. Très vite, les enquêteurs ont établi que les trois criminels venaient de France. Les services de sécurité français ont saisi leurs collègues en Belgique. la police belge a développé une technique très efficace d’identification en utilisant YouTube. ces derniers ont publié la vidéo du braquage sur le site internet. Devenue virale, cette dernière a atteint des gens qui ont tout de suite identifié Nabil. Par la suite, on a découvert que le criminel était fiché chez les services de renseignements français comme « radicalisé » partisan des idées de DAECH.

Recherché en France et en Suisse, Nabil rentre en Algérie ou il trouve refuge chez des cousins. Il investit son argent dans l’immobilier acquérant plusieurs commerces. Le 13 février dernier, il est arrêté par la police à Maghnia. Dans un premier temps, les services de la DGSN se sont intéressés à ses publications sur Facebook. L’homme appelait à l’érection d’un État islamique en Algérie.