19 000 enseignants grévistes risquent de se faire radier dans les jours à venir. Le conseiller au ministère de l’Education nationale, Mohamed Chaib Draa Elthani, a affirmé aujourd’hui sur les ondes de la radio algérienne «le licenciement de 581 enseignants grévistes dans la wilaya de Blida» et l’envoi d’ «une deuxième mise en demeure à 19 000 enseignants».

Ce département ministériel ne compte pas donc céder à la pression exercé par le Cnapeste qui a déclenché une grève illimitée depuis le 30 janvier dernier. «Le ministère ne peut pas se réunir avec une organisation qui ne veut pas reconnaitre les lois de la République», a-t-il déclaré, avant d’ajouter :

«On ne peut plus parler de grève du moment que la justice a déclaré cette grève illégale mais plutôt d’abandon de poste». Ce responsable a indiqué, par ailleurs, qu’ «il n’y aurait pas d’année blanche dans les wilayas de Blida et Bejaia». D’après lui, le taux de suivi de cette grève n’a jamais été important, pas plus de 4,60% au niveau national, a-t-il précisé. Il faut rappeler, en dernier lieu, que l’intersyndicale de l’éducation, composée du Snapest, UNPEF, SATEF, SNTE et CLA, a maintenue sa grève de deux jours prévue les 20 et 21 février. Les responsables de ces syndicats ont pourtant été reçus hier par la ministre de l’Education Nationale, Nouria Benghebrit.

Elyas Nour

Notez cet article