La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, se montre intransigeante. Il n’y aura pas de discussions avec le CNAPESTE avant l’arrêt de la grève et ceux qui l’a poursuivront risquent la radiation.

C’est ce qu’elle a affirmé aujourd’hui dans un entretien accordé au site «Tous sur l’Algérie». A la question est-ce qu’il y aura d’autres sanctions contre les grévistes, la ministre répond : «Ce sera la radiation».

Advertisement

«À Blida il y a eu première puis une deuxième mise en demeure. Ils auront quinze jours pour se décider. Les enseignants seront informés individuellement. Chacun doit prendre ses responsabilités, ils ont le droit au recours car on applique la réglementation car nous sommes tenus de respecter et d’appliquer la réglementation en vigueur», a-t-elle ajouté. Benghebrit affirme que les revendications contenues dans le PV numéro 15, évoqué par le syndicat, ont été satisfaites.

Mais pour celle relative aux ponctions sur salaire, ce ne sera pas possible parce que «les ponctions salariales ont été appliquées comme cela se fait pour toutes les catégories de travailleurs à travers tout le territoire national». La ministre affirme par ailleurs qu’il n’y aura pas d’année blanche à Bejaia, Tizi Ouzou et Blida, puisque des mesures ont été prises. Par exemple, «400 vacataires, notamment des retraités, ont été recrutés à Blida depuis décembre».

La tutelle ne semble pas donc prête à faire machine arrière. Il faut rappeler, en dernier lieu, que le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (CNAPESTE) est en grève nationale illimité depuis le 30 janvier.

Elyas Nour