Le ministère de l’Éducation nationale est apparemment passé à l’action pour ce qui est des menaces de licenciements proférés, il y a quelques jours, à l’endroit des enseignants grévistes.

La directrice de l’éducation de la wilaya de Blida, l’une des wilayas qui était déjà en grève depuis plusieurs semaines, bien avant le débrayage national auquel a appelé le CNAPESTE (Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation) depuis le 30 janvier dernier, a indiqué, aujourd’hui, à la chaîne de télévision «Ennahar», que 545 enseignants ayant suivi le mot d’ordre de ce syndicat ont été licenciés et remplacés.

Advertisement

D’autres wilayas seront également touchées par ces mesures de radiation. L’inspecteur général du ministère, Nedjadi Messeguem, a déclaré la semaine passé que les enseignants grévistes «sont dans une situation d’abandon de poste du moment que la justice a déclaré cette grève illégale». Mais malgré ces décisions de licenciements, le CNAPESTE se dit décidé à poursuivre son mouvement. Pour sa part, la tutelle refuse toutes négociations s’il n’y a pas arrêt de la grève.

La situation risque de se compliquer d’avantage dans les jours à venir, d’autant plus que les deux parties campent sur leurs positions.

Elyas Nour