Les médecins résidents arrêtés

par la police avant-hier à 1H du matin dans les alentours du CHU de Bab El Oued ont raconté ce qui leur est arrivé dans le poste de police. Il faut dire que leur récit est des plus étonnants !  

En route pour rendre visite à leurs amis médecins résidents exerçants à l’hôpital Mohamed Lamine Debaghine ex-Maillot à Beb El Oued, les docteurs Samir Kikout, Walid Bouabdelli, Zeyd Belhabib, Benchammam, ait Ouzgane et Bouzamouche ont été pris à part par la police et interrogés sur les raisons de leur déplacement en groupe. Tous les événements qui se sont succédé après la réponse de l’un des médecins interpellent sur le comportement des forces de l’ordre.

Advertisement

À la question de savoir ce que faisait un groupe de médecins résidents à 1H du matin aux alentours du CHU de Beb El Oued, l’un des médecins répondit qu’ils allaient rendre visite à leurs collègues pour les soutenir. Le policier leur a expliqué que leur présence en groupe dans une seule voiture était un "comportement suspect". Il leur demande en suite de rentrer chez eux sans attendre. Les médecins refusent et ils sont embarqués au poste de police N3 de la Casbah, papiers et téléphones confisqués.

Sur sa page Facebook l’un des docteurs a écrit que les policiers leur ont ordonné d’attendre la venu du responsable hiérarchique. Ils ont dû attendre sept heures avant que le chef vienne les voir.

Le responsable leur pose les mêmes questions, à savoir qu’est ce que vous faisiez devant l’hôpital à 1H du matin et pourquoi vous vous déplacez en groupe. des questions surprenantes laissant penser que la capitale est sous le coup d’un couvre-feu et que ces médecins, qui représentent l’élite du pays, ne sont que de vulgaires délinquants.

Dans son témoignage le Dr Samir Kikout a indiqué qu’aucun procès-verbal n’a été signé. Le responsable les a mis en garde on leurs signifiant qu’il a pris leurs coordonnées. « Faites attention. On vous a à l’œil », leur a-t-il dit.