Les importations de l'Algérie en carburants ont été de 2,96 millions de tonnes en 2017, contre 3,06 millions une année auparavant, ce qui représente une baisse de 100.000 tonnes, a indiqué jeudi le ministre algérien de l'Energie Mustapha Guitouni.

Si en volume, les importations ont reculé, en valeur elles ont été revues à la hausse pour passer de 1,34 milliard de dollars en 2016 à 1,58 milliard de dollars en 2017. Cette augmentation du montant (235 millions) est essentiellement due au raffermissement en 2017 des prix de pétrole brut et par conséquence ceux des carburants.
Ces chiffres ont été avancés par le ministre devant les députés pour lesquels il a expliqué les avantages économiques qu'offre le raffinage du pétrole brut à l'étranger au lieu de l'importer comme produit fini.

Advertisement

Des opérations de raffinage à l’étranger en 2018

Le 16 janvier dernier, le PDG du groupe algérien des hydrocarbures Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, avait indiqué que sa compagnie transformera une partie de son pétrole brut à partir d'une raffinerie italienne pour en faire des carburants qui seront ensuite commercialisés en Algérie.
Visant à épargner des devises à son pays, Sonatrach avait signé un contrat de processing avec une raffinerie pétrolière italienne.

Un produit largement subventionné

Grâce à la politique des subventions, l'Algérie figure parmi les pays où le carburant coûte le moins cher à la pompe.Après une deuxième réévaluation entrée en vigueur le 1er janvier 2018, le prix moyen de l'essence est fixé à 40,84 dinars algériens/litre (DA/l) alors que ce carburant coûte en réalité 125 DA à l'Etat. A titre de comparaison, au Maroc l'essence est payé l'équivalent de 85 DA/litre et en Tunisie à 67 DA, avait indiqué M. Guitouni.
Etant un pays producteur et exportateur de pétrole, les capacités de raffinage ne répondent toutefois pas à la demande locale, d'où le recours à l'importation.
En termes chiffrés, 11,5 millions de tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.
Ces dernières années, le gouvernement a lancé un programme de réhabilitation de ses vieilles raffineries . La construction de 2  nouvelles raffineries est également prévue .

Rédaction AF