L’entraineur Noureddine Saadi n’aura finalement pas tenu plus de quarante jours à la barre technique de la JS Kabylie. La direction du club a apparemment conclut avec lui, aujourd’hui, une séparation à l’amiable.

La dernière défaite face au DRB Tadjenant (1-0) a été la goute qui a fait déborder le vase. Avec 19 points seulement au compteur, les Canaris sont désormais reléguables (14e place).

Son successeur aura fort à faire afin de sauver le club de la descente à la division inférieure. La JSK est le seul club, dans l’histoire du football algérien, qui n’a jamais rétrogradé après son arrivé parmi l’élite.

Il faut dire que ces dernières années, les Jaune et Vert connaissent des saisons extrêmement difficiles. Ce qui avait, rappelons-le, conduit durant l’été au départ de l’emblématique président du club, Mohand Chérif Hannachi. Son successeur, Hamid Sadmi, a pour sa part démissionné au bout de deux mois. Et le directoire qui a remplacé ce dernier, composé de Zouaoui, Madjène et Ait Djoudi, en tant qu’entraineur de l’équipe, a également remis le tablier quelques semaines après.

C’est suite au «limogeage» de ce trio, début janvier, que Chérif Mellal est arrivé à la tête du club, installant dans son sillage, Saadi, à la barre technique. Mais personne n’a pu finalement résister à la pression grandissante exercée par les supporters après la multiplication des défaites.

Qui sera le futur entraineur ? Il est clair aujourd’hui que la direction va trouver d’énormes difficultés pour recruter un technicien qui puisse accepter de relever le défi dans une telle situation. Si les choses ne s’améliorent pas à l’occasion des toutes prochaines journées, la JSK se dirige tous droit vers la Ligue 2.

Elyas Nour

JSK/Départ de Nouredine Saadi
4.5 (90%) 2 vote[s]