Un «espion» israélien, de nationalité libérienne, et d’origine libanaise, un certain Alla Eddine Fayçal, a été condamnée à la peine capitale,

par le tribunal de Ghardaia, pour divers motifs dont atteinte à la sureté de l’Etat, espionnage au profit d’une entité extérieure, déstabilisation…Six de ses «complices», de nationalités, ghanéenne, guinéenne et malienne, ont, quant à eux, écopés de dix ans d’emprisonnement.

Advertisement

L’affaire remonte à janvier 2016 lorsque les services de sécurité, perquisitionnant une habitation dans un des quartiers de Ghardaia, où logeaient plusieurs ressortissants étrangers, ont découvert des tracts, dont l’objectif est de provoquer des troubles dans la région, selon le PV de la police, un registre contenant une liste de noms, notamment des gradés des services israéliens, une somme d’argent, en monnaie nationale et étrangère, et des moyens de communication assez sophistiqué.

Alla Eddine Fayçal a nié, durant le procès, être le propriétaire de ce qui a été retrouvé sur place. D’après lui, c’est un malien du nom de Musa Diara, qui serait derrière ces documents. Ça serait lui l’espion israélien. Le tribunal a estimé finalement que ce libérien faisait de l’espionnage pour Israël. D’où cette condamnation à la peine capitale. Musa Diara, lui, est toujours en fuite. Selon ses ex-co-résidents, il serait rentré au Mali.

Elyas Nour