Le projet de loi définissant les règles générales relatives à la poste et aux télécommunications a été adopté hier à la majorité par les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN).

Ces derniers ont, pour l’occasion, rejeté, à la majorité, l’amendement proposé par une député du Mouvement de la société pour la paix (MSP), en l’occurrence Gachi Saliha, relatif à l’obligation de rédiger le chèque postal uniquement en langue arabe. Une membre de la commission parlementaire des postes et télécommunication a indiqué qu’il fallait «respecter les spécificités de chacun parmi les porteurs de chèques».

Advertisement

Selon elle, l’article de loi en question a été adopté finalement tel que rédigé par le ministère, c'est-à-dire sans aucune indication quant à langue avec laquelle un chèque doit être rédigé. Il faut dire que les algériens ont pris majoritairement l’habitude de rédiger leurs chèques en langue française. Le MSP a voulu imposer exclusivement la langue arabe. Ce qui finalement n’a pas été accepté par l’APN.

La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Imane Houda Feraoun, ne s’est pas quant à elle exprimé sur la question.

Elyas Nour