Le président français Emmanuel Macron a présenté ce dimanche les grandes lignes de sa stratégie pour « structurer » et « expliquer » l’islam de France, « Nous travaillons à la structuration de l’islam de France et aussi à la manière de l’expliquer », a déclaré le chef de l’État français, « Je vais continuer à consulter beaucoup. Je vois des intellectuels et des universitaires […], des représentants de toutes religions », a indiqué le président français, précisant souhaiter « poser les jalons de toute l’organisation de l’islam de France » durant le premier semestre 2018.

Advertisement

Le président Macron a en outre affirmé que son objectif est de « retrouver ce qui est le cœur de la laïcité », à savoir selon lui « la possibilité de pouvoir croire comme de ne pas croire, afin de préserver la cohésion nationale et la possibilité d’avoir des consciences libres ». Le président français a également souligné vouloir éviter que soient brandis des « objets connotés », semblant ainsi faire allusion au voile ou au « burkini ». Emmanuel Macron a de plus indiqué vouloir éviter des « raccourcis » mettant tout le monde « dans un même sac ».

« Il y a une question qui est celle de l’organisation. Mais il y a une autre question, qui est celle du rapport entre l’islam et la République », a estimé le président français. L’entourage d’Emmanuel Macron a fait savoir que l’objectif de cette réforme est de « réduire l’influence des pays arabes, qui empêche l’islam français de rentrer dans la modernité ».

Parmi les grandes pistes suivies par la présidence française, la première priorité est de réformer le Conseil français du culte musulman (CFCM), dont le mode de désignation des membres serait facteur d’immobilisme et où l’influence de pays étrangers musulmans est jugée trop importante. La piste de l’institution d’un « grand imam de France », sur le modèle du grand rabbin de France, est également à l’étude. La question du financement des lieux de culte musulmans et la formation des imams est également à l’étude, avec l’idée d’instaurer une taxe sur les produits halal.

Rédaction AF