Le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) a gelé sa grève nationale illimitée qui devait être initiée à partir du 5 février. Les discutions entamées avec la tutelle ont été qualifiées de fructueuses, a souligné le syndicat.

À l’issue d’une réunion de son Conseil national tenue ce samedi, le SAP s‘est fondu d’un communiqué exprimant sa satisfaction concernant les résultats des discutions entamées avec le ministre de la Santé, celui du Travail et la Direction générale de la fonction publique jeudi 1er février. Selon le syndicat, une feuille de route a été adoptée et les paramédicaux attendent sa réalisation dans les délais convenus.

Advertisement

Les autorités ont répondu favorablement aux revendications des paramédicaux concernant notamment, les conditions de leur nomination aux postes supérieurs structurels et fonctionnels. Il s’agit également des plans de carrière des aides-soignants.

Le ministère de la Santé s’est également engagé à créer des postes budgétaires durant l’exercice en cours afin de recruter des paramédicaux issus du système LMD.

Rappelons que les paramédicaux ont entretenu une grève cyclique depuis le début du mois de janvier. Il y a quelques jours, l’action avait été déclarée illégale par le tribunal administratif d’Alger. Le Conseil national du SAP, réuni le 27 janvier à Alger, avait décidé de déclencher un nouveau mouvement de grève, cette fois illimitée, à partir du 5 février.

Un certain nombre de revendications ayant trait à l’avancement des plans de carrière, les primes d’encadrement et de documentation, la sécurité dans les hôpitaux, la formation ainsi que le recrutement des infirmiers titulaires de diplômes de licence ont été défendus par le SAP.