Le Comité d’organisation des Jeux Méditerranéens (JM) d’Oran-2021 pas encore installé

alors que la capitale de l’Ouest du pays a entamé les préparatifs pour cet événement. C’est le président du Conseil international des Jeux Méditerranéens (CIJM), l’algérien Amar Addadi, qui l’a affirmé, hier, lors d’une conférence de presse animée à la salle des conférences du stade du 5 juillet.

«Nous avons beaucoup de préoccupation et un sentiment de perplexité et d’incompréhension par rapport au grand retard qui est en train de s’accumuler dans la mise en place du Comité d’organisation des Jeux Méditerranéens d’Oran», a-t-il déclaré. Une déclaration qui a déplu au ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi, qui a réagit, aujourd’hui, en affirmant que les inquiétudes exprimées par Addadi «n’avaient pas lieu d’être».

«On n’est pas en train de parler des prochains Jeux de Tarragone. Il est question des JM d’Oran, qui eux sont prévus dans trois ans. A partir de là, je considère que cette inquiétude n’a pas lieu d’être, surtout que les préparatifs avancent déjà très bien dans cette perspective», a déclaré le ministre. Celui-ci a même indiqué qu’il y a un comité de suivi des JM d’Oran dont il est le président. Ould Ali El Hadi signale qu’il était «prêt» à être l’ «interlocuteur» du CIJM, «tous comme le wali d’Oran». Pour le premier responsable du secteur, il est inutile de mobiliser plus de personnes alors que l’événement n’aura lieu que dans trois ans. En tous cas, cet «échange d’amabilité» risque de jeter un coup de froid aux relations entre les deux parties. Oran a été élu ville hôte des 19es Jeux Méditerranéens en août 2015 aux dépens de Sfax (Tunisie). La prochaine édition aura lieu cette année à Tarragone en Espagne.

Elyas Nour