L’affaire de la “dissolution” du bureau de la Ligue de football professionnel (LFP) est, à priori, définitivement clos. Selon des informations, les juristes du TAS (tribunal arbitral des sports) algérien, se sont réuni aujourd’hui, en début d’après-midi, en leur siège à Ben Aknoun, pour statuer sur la plainte déposée à leur niveau par Mahfoud Kerbadj

le désormais ancien patron de la Ligue, contestant la décision prise par la fédération algérienne de football (FAF) relative au retrait de la “délégation” de gestion des deux ligues du championnat professionnel. Le TAS a finalement trouvé que les arguments avancés par l’ancien président du CRB sont “non-fondés”.

Advertisement

A cet effet, d’après ce tribunal, l’instance fédérale avait tous les droits de retirer à la LFP la délégation de gestion du championnat professionnel. Par conséquent, le “directoire” installé à la place de l’ancien bureau est tout à fait “légal”. Il faut noter que dans les statuts même de la Ligue, il est mentionné noir sur blanc qu’en cas de retrait de délégation, son bureau est “automatiquement dissous”.

Kerbadj avait également déposé une plainte auprès du tribunal de Bir Mourad Raïs pour les mêmes motifs, mais l’affaire n’est pas encore passée devant le juge. Il faut dire qu’après l’échec de son recours devant le TAS algérien, l’ancien patron de la Ligue pourra toujours saisir le TAS de Lausanne. Néanmoins, selon des informations, celui-ci envisage sérieusement de se retirer, d’une manière définitive, des affaires du football national.

Elyas Nour