Les journalistes et travailleurs du groupe Médias de Ali Haddad sont en colère. Ils vont passer leur 4ème mois sans salaires. Un sit-in est programmé pour dimanche devant le siège de l'entreprise, sise à Saïd Hamdine, à Alger.

Selon des journalistes contactés par nos soins, les salaires des 300 journalistes et techniciens du groupe -qui comprend 2 chaînes de télévision et deux journaux- n'ont pas été versés depuis décembre dernier. "A chaque fin du mois, on nous fait croire qu'on va au moins percevoir une mensualité. Cela dure depuis plus de 3 mois", témoigne un journaliste d'une des deux chaînes de télévision.

Advertisement

Ce qui agace le plus les journalistes et travailleurs de cette filiale médiatique du patron du FCE est le silence observé par la direction. Ni Mohamed Hakem, directeur général de pool médias, ni encore moins Ali Haddad, patron du groupe ETRHB, n'ont pris la peine de s'adresser aux salariés.

En même temps, une rumeur évoquant le licenciement d'une centaine de personnes fait son chemin au sein des rédactions. Il s'agit de journalistes et techniciens qui seront sacrifiés pour "faire des économies".

A. O.