Il aura fallu attendre trois jours pour que le ministère de la Culture réagisse à la démolition, à Annaba, de la villa Salvatore Colli. Dans un communiqué rendu public, hier, le premier responsable de ce département, Azzedine Mihoubi, a exprimé sa "désapprobation" par rapport à ce qui s'est passé en se demandant "pourquoi les propriétaires de la villa n'ont pas consulté la direction de la culture pour une éventuelle restauration avant de la démolir".

Une réaction nul d'effet puisque le mal a déjà été fait. Il faut dire que l'information relative à la démolition de cette villa a fait le tour de la toile il y a trois jours. Des associations culturelles locales se sont dites indignées par ce qu'ont fait les propriétaires de la villa, construite en 1850 par Salvatore Colli, un tailleur de vêtements, de confession juive et d'origine andalouse. Erigée face à la plage Saint-Cloud, actuellement boulevard Fellah Rachid, cette villa, de style mauresque, est un joyau architectural.

Advertisement

Cette construction avait été cédée, au début de la seconde guerre mondiale, à un certain Abdel Majid Zemmouri. Et c'est apparemment les descendants de ce dernier qui en sont toujours propriétaires. Comme l'habitation n'a pas bénéficié de statut de patrimoine national à sauvegarder, un permis de démolir leur a été accordé en 2017 par l'APC d'Annaba. Depuis, aucun responsable n'a osé lever le petit doigt pour la sauvegarde de ce patrimoine.

Elyas Nour