Les légalistes ont gain de cause. Réunis vendredi à Alger en session extraordinaire, les militants du FFS ont décidé finalement de se conformer aux statuts de leur parti. Ils ont décidé, après d’âpres discussions, de tenir un congrès extraordinaire le 20 avril prochain. Le congrès ordinaire, qui devait se tenir en 2017, devra se tenir en 2019.

La tenue du Congrès extraordinaire est dictée par la démission, en février, de Ali Laskri, un membre de l’instance présidentielle. La démission de ce militant pousse les militants à tenir systématiquement un congrès extraordinaire à partir du moment qu’il ne reste que deux membres du Présidium sur les 5 qu’il contenait depuis le Congrès de 2013.

Advertisement

Dans un premier temps, une bonne partie de la direction actuelle du parti  voulait attendre la tenue du prochain congrès ordinaire pour renouveler les membres de l’instance présidentielle, ou carrément créer une nouvelle instance –très probablement le retour au poste du président du parti.

La rencontre du 20 avril devra donc compléter la liste des membres de l’instance présidentielle en attendant donc le Congrès ordinaire de l’année prochaine qui marquera ainsi symboliquement la période de l’après Hocine Aït-Ahmed.