Est-ce une conséquence de la visite du Président Erdogan et de son invitation adressée aux entreprises turques d’investir en Algérie ?Les firmes de ce pays s’intéressent de près au secteur de la sous- traitance automobile
Après le fabriquant de sièges Martur, qui a ouvert une usine à Oran, le groupe Turc RBR vient d’établir une antenne à Alger. Cette entreprise qui fournit des pièces détachées pour Iveco, Renault et PSA Peugeot Citroën, fabriquera des pièces en caoutchouc.
Déjà très présents dans le BTP algérien,la sidérurgie et le textile, les investisseurs Turcs semblent, de plus en plus, intéressés au secteur automobile algérien.
Pour cette première implantation internationale, le groupe s’est allié à l’homme d’affaire Chaouki Bik Rahailia. Il est propriétaire et gérant de GEO MAG, important cabinet d’ingénierie civile et travaux hydrauliques. RBR Algérie visera dans un premier temps le marché de l’après-vente avant de tenter de décrocher des contrats de fourniture auprès des usines Renault et Peugeot d’Oran.Ce groupe met, ainsi, ses pas dans ceux de son compatriote Formfleks. La filiale algérienne de ce dernier, à peine créée, a déjà été retenue parmi les sous-traitants de Renault Algérie Production.
Des dizaines d’entreprises turques en prospection…
Plusieurs dizaines de sociétés turques ont participé au Salon des équipements Equip’Auto, début février à Alger. Un événement qui a enregistré pas moins de quatorze conventions de partenariat et de création d’entreprises.
Des accords qui ambitionnent de créer « 17000 postes d’emploi directs et indirects », soulignait, le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali.
Rédaction AF