La publication, il y a quelques jours, par le ministère de l’Industrie, des prix des véhicules montés localement n’a pas laissé indifférent l’Association de Protection et Orientation du Consommateur et son Environnement (APOCE), que préside Mustapha Zebdi. Tout en se félicitant de la démarche, cette ONG a exprimé son souhait que cette initiative ne puisse pas s’arrêter là. Ceci sachant que ces prix sont loin de ceux du marché. Pour l’association, sur certains modèles, des concessionnaires prennent jusqu’à 100 millions de centimes de bénéfices sur l’unité. A cet effet, l’APOCE a préconisé de prendre quelques autres décisions afin de faire baisser les prix des véhicules, jugés excessivement chers par rapport à ceux pratiqués dans d’autres pays. Il est essentiel, ainsi, estime l’association, de vérifier déjà les prix communiqués par les constructeurs locaux à la tutelle pour savoir s’ils ne sont pas exagérés par rapport au cout de revient. D’autant plus que ces mêmes constructeurs bénéficient d’avantages fiscaux dans le cadre de l’encouragement de cette activité industrielle. L’APOCE estime qu’il faudrait que les autorités comparent ces prix avec ceux dits de « transfert », à savoir les prix payés par les constructeurs locaux chez les maisons mères. En plus de ça, l’association évoque les quelques usines qui cèdent de grandes quantités à des « intermédiaires » illégaux et qui sont souvent derrière la hausse des prix. Il est question aussi du plafonnement de la marge bénéficiaire des concessionnaires automobiles. Par ailleurs, l’APOCE réclame la levée de l’interdiction d’importation des voitures de moins de trois ans. Du moment que les quantités « fabriquées » localement ne peuvent pas satisfaire la demande, il serait judicieux de laisser entrer des véhicules sur le marché national par le biais de ce moyen. Cela « régulerais » éventuellement le secteur. En somme, ce sont là les propositions faites par l’APOCE aux autorités afin de participer à la baisse des prix des véhicules. La semaine passée, le ministère de l’Industrie avait publié les prix des véhicules montés localement qui lui ont été communiqué par les constructeurs. Dans certains cas, la différence est énorme entre les prix sortie d’usine et ceux pratiqués sur le marché.

Elyas Nour