Le pilote du gros-porteur de l’armée qui s’est écrasé hier mercredi aux abords de la base aérienne de Boufarik a accompli un acte héroïque avant de rendre l’âme. Quelques instants avant de s’écraser, il a appelé la tour de contrôle pour dire qu’il manœuvrera afin d’éviter de se crasher dans une zone habitée.

Les médias nationaux et même internationaux ont relayé l’histoire du pilote de l’Iliouchine II-76 rendant hommage sa bravoure. Quelques instants avant que l’avion ne s’écrase, Ismail Doussen, 47 ans, originaire de la wilaya de M’sila, a contacté la tour de contrôle pour lui signifier que l’appareil va s’écraser et qu’il fera en sorte de le conduire vers une zone inhabitée.

De l’avis des experts, et tout ce qui a été rapporté par les médias à ce sujet, l’avion de transport de troupes de l’ANP aurait pu s’écraser sur l’autoroute reliant Alger à Blida ou encore sur la ville de Beni Merad. Selon toute vraisemblance, le pilote a fait tout son possible pour le manœuvrer afin qu’il se crashe dans une zone inhabitée pour éviter de démultiplier le nombre des victimes.

Crash de l’Iliouchine II-76 à Blida / Ce qu’a dit le pilote à la tour de contrôle
4.3 (85.2%) 50 votes