« Les travailleurs qui observeront des grèves en réponse aux appels de syndicats n’ayant pas communiqué les éléments permettant d’apprécier leur représentativité seront sanctionnés, car leurs grèves sont illégales ». C’est là les propos tenus par le ministre du Travail Mourad Zemali qui a fait savoir que 35 syndicats autonomes étaient concernés.    

 « Ces syndicats n’ont pas transmis, dans les délais légaux (le 31 mars dernier), les éléments permettant d’apprécier leur représentativité, notamment à travers la présentation d’une liste nominale complète de leurs adhérents, les montants des cotisations et leurs numéros d’affiliation à la sécurité sociale, a-t-il expliqué hier mercredi en marge d’une visite de travail à Alger.

Advertisement

Le ministre a fait savoir que les adhérents à ces syndicats se verront sanctionnés en cas de grève. « Leur absence au niveau des structures de travail sera perçue comme un abandon de poste », a-t-il menacé, ajoutant que la liste finale de ces syndicats sera connue dimanche.

Ainsi, seuls 16 syndicats ont transmis, jusqu’à présent, des informations permettant d’apprécier leur représentativité, alors que 14 autres ont communiqué des informations incomplètes a-t-il souligné.

Cette mesure fait suite à l’appel à la grève lancée par l’intersyndicale. Dans un communiqué, plusieurs syndicats autonomes ont annoncé une grève générale le 1er mai prochain. La décision du gouvernement vise donc à dissuader l’intersyndicale à passer à l’acte… Affaire à suivre.