La ministre de l’Education Nationale, Noria Benghabrit, a été nommée membre du «Conseil d’administration» d’un nouveau fond nommé «Transform» créé par la Banque islamique du développement (BID) dont le siège est à Djeddah (Arabie saoudite), pour encourager la science et les technologies dans les pays en développement.

L’algérienne siégera dans ce conseil aux côtés de Bandar Hajjar, PDG de la BID, Mehmet Simsek, un député et ancien ministre turc, Sanusi Lamido, émir de Kano (Nord du Nigeria) et ancien gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, Helle Thorning-Schmidt, la directrice générale de l’ONG Save the Children International et ancien Premier ministre du Danemark, Waleed Abdulmohsen Al-Wohaib, Dg du Fond de la solidarité islamique pour le développement, Richard Curtis, réalisateur et créateur du projet «Everyone» et Matthew Freud, patron de l’agence britannique de relations publiques «Freud Communications».

Advertisement

Ces membres s’assureront, entre autre, que «le fonds pourra atteindre son but suprême de conduire le progrès économique et social par la science, la technologie et l'innovation». Il faut noter que le fonds «Transform» a été doté par la Banque islamique de développement d’un budget de 500 millions de dollars. Il visera à soutenir «des initiatives d'innovation qui aborderont des défis de développement autour du globe», et ce, en adéquation avec les «objectifs de développement durable de l'ONU». Les responsables de la BID ont fait appel à des personnalités qui, selon eux, pourront apporter beaucoup pour ce projet humanitaire.

Elyas Nour