Polémique en France / Des personnalités s’élèvent contre la pétition réclamant la suppression de versets du coran

0
1460

Après Benjamin Stora, qui avait pris ses distances avec le «Manifeste contre le nouvel antisémitisme», voilà que près de 200 intellectuels, politiques et artistes français lancent une «contre-pétition» pour dénoncer le texte signé par Sarkozy, Boualem Sensal ainsi que d’autres et dans lequel les protagonistes réclament la suppression de certains versets du Coran jugés « violents ».

Dans un texte collectif lancé par Alain et Philippe Cyroulnik, plus de deux cents personnalités appellent à combattre « toutes les formes de racisme», affirmant par-là même, que le Manifeste contre le nouvel antisémitisme, «attise et renforce ce qu’il prétend dénoncer ».

Parmi les signataires de ce texte on retrouve par exemple, Annick Coupe, ancienne porte-parole de l’Union syndicale solidaire, Philippe Poutou et Olivier Besancenot, hommes politiques d’extrême gauche, Salah Amokrane, conseiller de Benoit Hamon ou bien l’éditeur François Gèze. Ces intellectuelles et ces artistes, ont mis en avant l’idée selon laquelle «le délinquant voleur et meurtrier, nourri des poncifs antisémites sur la richesse supposée de toute personne juive, n’est pas le bras de Daesh ni le compagnon d’armes de Mohamed Mehra, Amedi Coulibaly ou Salah Abdeslam».

Pour ces intellectuels, assimiler la gauche antisioniste, la première pétition ayant réclamé la suppression de versets du coran relève d’une diversion mensongère et scandaleuse. Selon eux, on peut dénoncer la politique du gouvernement israélien sans pour autant être des «antisémites».

Elyas Nour