Santé/Le ministère exige des résidents le respect du service minimum

0
1071

Le ministère de la Santé tente d’imposer aux médecins résidents le respect du service minimum. Après la répression dont certains d’entre eux ont subis lors d’une manifestation organisée devant l’APN il y a deux jours, les protestataires ont menacés de ne plus assurer de garde ni aux urgences, ni au niveau des services, à partir du 29 avril. En d’autres termes, le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) a décidé de ne plus observer le service minimum. A cet effet, dans une note adressé par la tutelle, hier, à l’endroit des directeurs de wilaya de la santé et ceux des CHU, il est signalé que « le service minimum obligatoire est organisé au sens de l’article 38 de la loi 90-02 du 5 février 1990 relative à la prévention et au règlement des conflits collectifs de travail et à l’exercice du droit de grève dans les domaines ci-après énumérés : services hospitaliers de garde, des urgences et de distribution de médicament ». Le ministère demande ainsi aux destinataires de cette lettre de procéder à la « réquisition » des médecins résidents. Cela va-t-il suffire pour faire plier les résidents, en grève depuis maintenant six mois ? Peu évident, dans la mesure où les syndicalistes du Camra ont évoqués à maintes reprises la possibilité d’y aller vers des démissions collectives si jamais leurs revendications ne sont pas prises en charge. La situation risque donc de se compliquer d’avantage.

Elyas Nour