Le ministre du Commerce Saïd Djellab a haussé le ton, en réaction aux pressions exercées par l’Union européenne (UE) concernant la politique de restriction appliquée par le gouvernement notamment à travers sa liste de produits interdits à l’importation. « L’Algérie ne se soumet à aucune partie », a-t-il clamé.

M. Djellab n’est pas allé avec le dos de la cuillère en évoquant les pressions exercées par l’UE. « L’Algérie ne se soumet à aucune partie, et ne consulte personne dans le but d’obéir à ses ordres », a-t-il clamé, ajoutant que les autorités algériennes informent l’UE de leurs décisions et négocient avec elle.

Advertisement

Cette position de l’Algérie intervient suite aux déclarations de la commissaire européenne au commerce Cécilia Malmstrom, devant la Commission des affaires économiques et des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française qui a indiqué que « l’Algérie ne respectait pas ses accords commerciaux avec l’Union européenne ».